AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Fanfiction la vie est pleines de surprises

Aller en bas 
AuteurMessage
TOMERICA



Nombre de messages : 2
Age : 24
Date d'inscription : 11/10/2013

MessageSujet: Fanfiction la vie est pleines de surprises   Ven 11 Oct - 9:44

bonjour tout le monde

Tout d'abord je voulais vous féliciter pour vos créations j'adorreee...., j'ai lu toutes les fanfictions superrrrrrr....quel talent....

je m'appelle Sabrina j'ai 19ans j'adore le couple Clois.... et j'adore ce forum je suis entrain d'écrire une fanfiction sur le Clois évidement j'espère que sa vous plaira.....


je suis un peu Sadique......Twisted Evil 

Bon je vais vous poster le premier chapitre......
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TOMERICA



Nombre de messages : 2
Age : 24
Date d'inscription : 11/10/2013

MessageSujet: Re: Fanfiction la vie est pleines de surprises   Ven 11 Oct - 10:02

Chapitre 1 : Voir ou le mensonge te mène Lois Lane.....

Cher journal,

Je suis pathétique,

Je sais ce n'est pas la première fois que je te le dis mais il faut que je m'en persuade encore, je suis pathétique.

je l'ai encore vu aujourd'hui.

Pourquoi le bon dieu a t-il voulu que l'on travaille à quelques mètres de l'autre.

Ma tête va exploser... Oh j'enrage! J'ENRAGE! Moi et mon fichu caractère! pas capable de lui avoir dit : "Je t'aime". Non, bien sûr... Je suis trop... trop... pathétique pour pouvoir avouer mes sentiments à l'homme que j'aime lorsque celui-ci a le courage de le faire, lui!

Comme j'aimerais remonter le temps... oui... Comme j'aimerais... Deux ans... même un retournement de temps n'a pas ce pouvoir. Je dois assumer maintenant. Je vais finir vieille fille et on me retrouvera morte dans ma chambre d'étudiante... Ce qui me chagrine, c'est que c'est mon voisin de dessous qui s'en apercevra lorsqu'il comprendra que l'odeur ambiante ne provient pas de ses sous de bras.

Ah oui, 5 jours que je ne l'ai pas vu prendre une douche... en fait, je me demande si ce n'est pas moi qui vais le retrouver mort. Dans ce cas, plus personne ne trouvera mon corps et c'est un squelette qui décorera mon intérieur.

Bon, allez Lois... Il faut réagir... Motive-toi! Pose ce crayon, ferme ce satané journal, repose le dans ton tiroir et sors te changer les idées.

Et dire que mon seul confident est un livre à moitié blanc... Je suis pathétique...

PS: désolée, je ne t'ai toujours pas trouvé de nom... j'y pense, je t'assure... mais t'en donner un me rendrait encore plus pathétique... Voilà, j'ai écris quoi ? 20 lignes... et il y a ... attends, je compte, quatre fois le mot pathétique... bah maintenant cinq...

Lois ferma violemment son journal intime et se cogna volontairement la tête avec. Elle ouvrit le tiroir de son minuscule bureau et le jeta sans délicatesse à l'intérieur avant de le refermer.

Les mains supportant sa tête, Lois réfléchissait à ce qu'elle allait faire. Sortir, oui, mais où?

Elle soupira longuement et se leva pour regarder à travers sa fenêtre.Elle avait la possibilité de regarder les gens passer dans la rue sans être vue et elle aimait ça. Ce qui la déprimait parfois, c'était de voir des anciennes de son année à Métropolis se promener avec leurs enfants, main dans la main, comme si le monde était parfait pour elles. Cela l'obligeait à faire le point sur sa vie à elle, et Lois constatait malheureusement qu'à 24 ans, elle vivait seule dans une minuscule chambre de 20m², sans petit ami en attente de se déclarer, avec un boulot pas forcément passionnant, un voisin nauséabond, et la seule personne qui s'intéressait à elle était son chat... quand il avait faim. Bien sûr, elle avait des amis et sa cousine. Oui, ça, elle en avait. Chloé et Jimmy, par exemple, n'avait jamais coupé le pont avec elle mais le quotidien, la vie de famille faisait qu'ils n'avaient pas non plus tout leur temps à consacrer à une célibataire endurcie. Ses autres "amis" étaient plus des connaissances de travail qui venaient à elle par intérêt mais si elle s'arrêtait à cela, elle n'avait plus personne.

L'approche de l'été et les journées à rallonge permettaient aux gens de sortir un peu plus et Lois pouvait passer des heures à les regarder faire les boutiques. Elle avait remarqué que le jeudi soir était celui qui était le plus peuplé.Elle soupira à nouveau et se dirigea vers sa petite armoire qui abritait quelques affaires.

- Trop noir... on va me prendre pour une veuve... bien que ça signifierait que j'ai eu quelqu'un... même imaginaire... c'est déjà ça... Trop rouge... Je me demande encore pourquoi Chloé m'a offert ça à Noël dernier. Comme si je pouvais sortir comme ça dans la rue... Trop court... trop long... trop ... j'ai encore ça moi? S'indigna t-elle en regardant le pull que fu son amour lui avait offert une fois. Poubelle ! Bon maintenant c'est clair... Visiblement, j'ai rien à me mettre, alors je ne sors pas!

Elle s'effondra sur son lit et soupira fortement plusieurs fois de suite. Elle regardait son plafond sans grande conviction et laissa son imagination s'évader quelques minutes jusqu'à ce que plusieurs bruits insupportables ne l'obligèrent à s'arrêter.

- Je vais le tuer... Pesta Lois en devinant d'où les bruits pouvaient venir.

Elle se leva et descendit d'un étage pour pouvoir signaler son mécontentement à son cher voisin.

Lois frappa plusieurs coups à la porte et celle-ci s'ouvrit sur un bras levé laissant deviner une forêt habitée par de nombreux animaux sauvages non déclarés qu'étaient les aisselles de son voisin. Lois Lane la courageuse, en resta bloquée au point de ne pas tourner sa tête vers le visage de l'homme en question.

- Ouais? Tu veux quoi ma belle?

- Serait-il possible que vous fassiez moins de bruit? Je vous rappelle que je suis votre voisine du dessus et que vos - choses - enfin ce que vous faites - fait énormément de bruit et résonne chez moi!

- C'est quand même pas ma faute si vous ne sortez jamais de chez vous! Je ferais bien mes - choses- comme vous dites lorsque vous êtes absente, mais ça n'arrive jamais! Alors tant pis pour vous... Je suis encore libre de faire mes -choses - quand j'en ai envie!

- Et puis d'abord que faite vous exactement?

- Rien qui ne vous concerne ma belle... maintenant si vous voulez entrer pour que je vous offre un verre, je pourrais éventuellement vous l'expliquer... enfin, si vous êtes très gentille... répondit-il en lui faisant un clin d'œil.

- Heu non, j'ai pas le temps... je m'apprêtais justement à sortir! Parce que - si- je sors! Contrairement à ce que vous pensez, -oui -, je sors!

Lois le regarda avec dégoût et remonta chez elle. Les bruits recommençant, elle décida de s'en aller tout de suite. Elle claqua la porte histoire de bien montrer qu'elle quittait sa chambre de bonne et descendit les escaliers sans ménager le bruit de ses pas.

Au pied de son immeuble, elle respira légèrement plus vite. Elle se sentait déjà assez pathétique pour la journée, le fait de se balader seule dans la rue ne faisait qu'ajouter un poids supplémentaire à son état mental. Il fallait qu'elle se fixe un but pour se donner bonne conscience et le seul qu'elle trouva était lire un journal. Lois se détesta pour n'avoir aucune autre chose à vouloir qu'un pauvre et pathétique journal. Elle se secoua la tête pour chasser cet état d'esprit et s'engagea dans la rue.

Lois essayait de se frayer un chemin parmi toutes les personnes groupées et bien souvent elle devait slalomer maladroitement pour pouvoir avancer. Certaines paroles attiraient son attention et la plupart du temps, c'étaient des mères qui hurlaient sur leurs enfants. Lois leurs lançait des regards désapprobateurs comme si elle avait rédigeait elle-même un livre sur les règles d'une bonne éducation. Ces mères ne connaissaient apparemment rien aux enfants et ne les méritaient pas aux yeux de Lois.

Elle entra finalement chez un tabac et s'engagea dans le rayon des journaux. De son doigt elle passait en revue tous les journaux à sa portée. Au bout du rayon, elle pouvait entendre deux personnes chuchoter. Quelques brides de conversation attirèrent son attention. Sa vie étant morte, celle des autres l'intéressait au plus haut point et Lois se donna une petite gifle pour devenir une commère en plus d'être pathétique. Mais c'était plus fort qu'elle. La discussion devenait dispute camouflée et les quelques mots supplémentaires que Lois entendit, finirent de prendre toute son attention. Elle saisit un journal et l'ouvrit en plein milieu, histoire d'avoir un alibi au cas où elle serait prise sur le fait et s'installa confortablement pour écouter.

- je suis impatiente! Chuchota la jeune femme.

- Depuis le temps, tu ne devrait plus être à quelques mois prêts!

- Mais ça fait plus de cinq ans maintenant ! Il te faut encore combien de temps?

- J'ai encore une chose à régler avant, répondit le jeune homme.

- Je te préviens que je ne t'attendrais pas toute ma vie!

- Ne monte pas sur tes grands chevaux! Je vais étudier ça...

- Tu as intérêt Clark! Murmura la jeune fille avant de visiblement s'en aller.

Lois en resta sans voix. Le nom que la fille venait de prononcer était un de ceux qu'elle n'aurait jamais voulu entendre de nouveau.Le savoir maintenant là, à moins d'un mètre d'elle, la bouleversait profondément. Son premier réflexe fut de vérifier que son portable était sur vibreur et en faisant cela, son journal tomba au sol.

Le bruit de -l'excuse - tombant au sol alerta Clark qui regarda à travers les jours du rayon afin de vérifier ce que ça pouvait bien être.

Lois prit peur et partit rapidement de sa cachette pour rejoindre la foule près de la caisse. Elle fit la queue pour payer le journal. Elle fixa un point derrière le vendeur pour s'obliger à ne pas regarder autour d'elle et vérifier que Clark ne la recherchait pas.

- Et c'est moi qu'on appelait le fermier qui comprend rien... intervint une voix qui obligea les yeux de Lois à se fermer tout en grimaçant.

Lois décida de faire l'ignorante et ne se retourna pas vu qu'il n'y avait aucune raison de le faire. Elle avança de quelques pas afin d'avancer dans la queue et serra son journal pour s'assurer qu'il était bien dans ses mains.

- Et ça se dit courageuse... les choses changent avec le temps... Reprit la voix avant de s'en aller à l'écoute des pas dans la direction opposée.

Lois se sentit soulagée et reprit sa respiration. Elle paya son journal en adressant quelques mots de politesse et sortit de la boutique.

- Tu pensais t'en aller comme ça ? Fit une voix que Lois aurait voulu ne jamais plus entendre.

- Vous avez le don d'effrayer les gens vous! Rétorqua Lois en tenant son coeur de peur qu'il ne sorte de son corps tellement elle a eu peur.

- Il parait... Un compliment de ta part est quelque peu déconcertant toute fois, mais le vouvoiement, j'adore!

- Je vous demande pardon? Fit Lois, en essayant de jouer les indignées ignorantes.

- Oh fait pas celle qui me reconnaît pas Lois! J'y crois pas une minute!

- Je devrais? Répondit au tac au tac Lois alors que clark lui adressait un regard noir.

- C'est ça, très drôle! Siffla t-il avant de reprendre. Alors maintenant, on écoute les conversations des autres? La vie de ton cher Oliver n'est plus aussi intéressante qu'avant alors tu cherches un autre but à ta vie comme le commérage?

- Premièrement, je n'écoutais pas votre conversation. Secundo, Oliver est mon ami et non le but de ma vie, et tertio, je ne suis pas une commère cher monsieur-je-vaut-mieux-que-tout-le-monde!

- Tu vois que tu te souviens de moi! Se moqua Clark.

- Pas du tout! Mais je suis sur qu'il y a une bonne raison à cela... Comme le fait que vous n'étiez sûrement pas assez intéressant à mes yeux pour que votre nom et votre visage ne restent dans mes souvenirs!

- A d'autres Lois! Se moqua Clark en voyant bien qu'il réussissait à la provoquer.

- Et bien, si vous n'avez plus rien à me dire d'autre, je vous souhaite une bonne fin de journée monsieur, répondit Lois en essayant de garder son self-contrôle.

- C'est ça... au plaisir de ne plus jamais te revoir Miss Lane, lança Clark en s'éloignant d'elle.

- Egalement Clark... murmura Lois alors qu'elle le regardait partir avec une petite pointe d'admiration.

Elle reprit la direction de son appartement en oubliant presque pourquoi elle était sortie. Le retour chez elle fut aussi périlleux qu'à l'allée. Une fois arrivée, elle referma la porte du bas avec son dos. Lois resta quelques seconde dans cette position et soupira légèrement à ce qu'elle venait de vivre. Un petit sourire se dessina sur ces lèvres et rigola de la situation. Elle avait bien vu que Clark avait été vexé qu'elle dise ne pas se souvenir de lui. Contente d'avoir pu lui gâcher sa journée, elle remonta les escaliers avec la plus grande prudence pour ne pas signaler qu'elle rentrait. Lorsqu'elle arriva au deuxième et dernier étage avant le sien, le plancher grinça à son pas. Lois grimaça et pria pour que son voisin ne l'ai pas entendu. Mais la chance l'avait abandonné le jour où elle -lui- avait dit -non-.

- Déjà rentré ma belle? Fit l'attentif voisin de nouveau accoudé à sa porte histoire de faire prendre l'air à sa ménagerie vivant sous son bras.

- J'ai oublié quelque chose chez moi, rétorqua Lois en le regardant de haut. Je vais repartir tout de suite après. Quelqu'un d'important m'attend pour manger dans un très bon restaurant, mentit-elle tout en continuant son ascension vers sa chambre.

- Si jamais tu as besoin d'une autre compagnie... fait moi un signe ma belle!

- J'y réfléchirais si l'occasion se présente. En attendant, mon agenda est entièrement remplis, se conforta à dire lois alors qu'en fait, il était désespérément vide.

Une fois dans sa chambre, lois s'assit comme une enclume sur sa chaise. Elle était pas dans la merde avec son mensonge. Pour ne pas perdre la face, elle devrait maintenant sortir encore ce soir et sûrement les prochaines soirées... Elle soupira à nouveau et cogna sa tête sur son bureau.

- Mais... Pourquoi... Tu... Es... Aussi... Orgueilleuse... Lois... Lane... ? Se dit-elle à elle-même entre deux coups qui lui provoqua un mal de tête.

Maintenant que le mensonge était installé, elle devait s'y tenir ou déménager - bien que la deuxième solution ne soit pas un mal finalement -. Elle fouilla à nouveau dans sa garde robe histoire de se motiver et se décida à porter la robe de veuve. La question la plus cruciale restait toute fois à régler. Où allait-elle aller ce soir? Où pouvait-elle passer la soirée sans être vue seule à une table?

Lois soupira pour la millième fois de la journée avant de prendre sa chemise d'été et descendre. Ne trouvant pas elle-même une réponse, elle se dit que le meilleur moyen était de se laisser guider le moment venu et qu'au pire, une petite promenade en ce début juin ne lui ferait pas trop de mal. Elle claqua sa porte et fit ainsi savoir à son voisin bien trop curieux à son goût qu'elle repartait bien comme elle l'avait dit.

Une fois en bas, elle regarda à droite puis à gauche, attendant un signe d'une direction à prendre et le bruit d'un bébé pleurant dans les bras de sa mère lui fit prendre le chemin de droite.

- Voyons voir où le destin va me mener... se murmura t-elle à elle-même.

voilà vous aimez j'attends vos commentaires pour vous poster le 2 chapitre........
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Fanfiction la vie est pleines de surprises
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La 1re fanfiction: Gravitation : le numéro d'hypnose
» Les fanfiction.
» Calendrier de l'avent surprises astérix 2007
» souriez à pleines dents
» [ Fanfiction à "chapitres" ] Kuroshitsuji

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Smallville :: Vos Créations-
Sauter vers: